Genre et Resilience

En partenariat avec GWA (Gender And water Alliance) et WOMEN 2030   Plusieurs  activités doivent se dérouler

par module concernant le genre et résilience.

Module 1: Genre, concepts et approches de l’intégration
genre dans les ODD
Introduction
L’objectif de ce module est d’initier le formateur des formateurs aux concepts pertinents, terminologies, informations et outils liés au genre, à l’intégration du genre et aux ODD. Le module est constitué de trois (3) sessions:
• concepts de genre et terminologies afférentes ;
• Intégration du genre et approches du programme Femmes 2030 ;
• Intégration du genre dans les ODD.

Dans la dernière partie de ce module, les références bibliographiques sont incluses.

Session 1.1. Concepts de genre et terminologies afférentes
Session 1: Genre et concepts afférents
Objectifs d’apprentissage

A la fin de ce module, les participants seront à même de :
• donner la signification du genre et la différence entre le genre et le sexe ;
• comprendre pourquoi le genre est-il important, en particulier dans le contexte particulier du développement durable ;
• comprendre les deux (2) concepts différents et complémentaires: l’équité et l’égalité ;
• identifier les points d’entrée de genre dans diverses matières importantes.
Bref résumé
Le module explique les concepts de genre, la différence entre le sexe et le genre, l’idéologie du genre et la différence entre l’équité et l’égalité. En fonction de l’animateur et des participants, certains exercices sont choisis ainsi qu’une introduction aux différents concepts est donnée.
L’animateur peut choisir de commencer par un exercice, puis expliquer les concepts, ou de donner d’abord une explication, puis continuer avec un exercice.

Concepts de genre (information pour l’animateur)
Genre et sexe
La différence entre le sexe et le genre est que le sexe est biologiquement défini alors que le genre est un concept socioculturel. Le sexe est donné par la naissance et ne peut pas changer (sauf aujourd’hui par la chirurgie) et fait référence au corps : par exemple la capacité des hommes à fournir le sperme, à féconder, la capacité des femmes à donner naissance, la capacité des hommes à pousser la barbe et la capacité des femmes à allaiter, etc.

Le genre:
Il fait référence aux rôles sociaux attribués, aux droits, responsabilités et opportunités associés aux femmes et aux hommes. Le genre désigne non seulement les relations sociales entre les hommes et les femmes, mais aussi chez les hommes et chez les femmes. Ces relations sont spécifiques au contexte et sont différentes dans différents endroits, mais elles changent aussi au fil du temps. Les différentes positions des femmes et des hommes sont influencées par les réalités historiques, religieuses, économiques et culturelles. Le genre se réfère essentiellement à la façon dont les hommes et les femmes devraient se comporter et ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas faire. Cela conduit à des différences entre les hommes et les femmes dans les tâches et les tabous, les droits et les responsabilités, etc. En raison de leurs différentes tâches et responsabilités, les hommes et les femmes ont aussi des connaissances et des intérêts différents. Les différentes tâches ont un statut différent (par exemple la prise de décision a un statut élevé et le ménage a un statut bas) et les tâches performantes pour les hommes tendent à avoir un statut plus élevé que les tâches performantes pour les femmes

Le genre interagit également avec l’âge, l’origine ethnique, la classe, la race, la religion, la position urbaine ou rurale, la capacité / le handicap, etc. créant des différences dans les groupes des femmes et des hommes. Les femmes et les hommes ne sont justement pas deux groupes homogènes et par exemple, les différences d’âge influencent grandement la position d’une personne. Dans de nombreuses cultures, les femmes âgées et les mères, en considération de la loi, auront un grand avis à donner dans ce que les femmes plus jeunes de la famille devraient faire ou non. Aussi une femme riche, pourrait être beaucoup mieux qu’un pauvre homme indigène. Par conséquent, le genre ne concerne pas les femmes seulement!

Les différences entre les sexes sont ancrées dans les relations de pouvoir, qui ne sont pas toujours égales, mais sont plutôt asymétriques. La signification des relations de pouvoir asymétriques est qu’il y a une différence de puissance entre les gens, comme c‘est le cas entre les hommes et les femmes (mari et femme), entre les hommes (père et fils), et même entre les femmes (belle-mère et belle-fille ). Cela signifie que les hommes et les femmes n’ont pas les mêmes accès et contrôle sur les ressources et les moyens de production, ils ne participent pas également à la prise de décision, et ça conduit à la discrimination entre les sexes en mettant les femmes dans une situation défavorable par rapport aux hommes.

Les relations inégales entre les sexes sont souvent considérées comme normales et statiques, mais les perceptions et les sociétés changent et nos valeurs changent avec elles. Les relations de genre peuvent changer et changent, comme la culture – si les gens eux-mêmes veulent changer, s’il y a un besoin urgent ressenti par tous.

L’idéologie du Genre:

L’idéologie du Genre fait référence au fait que la société en général a certaines idées et convictions sur ce qui est censé être et l’identité des femmes et des hommes. Les notions sur lesquelles se basent les comportements appropriés et attendus, les sentiments et les responsabilités pour être une femme ou un homme et comment ils doivent se rapporter les uns aux autres, selon leur position, l’âge, la classe, etc. sont internalisés et transmis par l’éducation (par exemple dans une famille, la fille est toujours demandée pour laver la vaisselle après le dîner, puisque le fils n’a jamais demandé à le faire. Ca fait véhiculer l’idée que la vaisselle est le travail des femmes et cette idée est passée dans la famille). Aussi l’idéologie du genre est liée à la culture et au contexte spécifique et les rôles de genre pour les femmes et les hommes diffèrent beaucoup d’une culture à l’autre, mais aussi d’un groupe social à un autre au sein de la même culture. Qu’est-ce que le travail des femmes dans une société, qu’est ce qui pourrait être une tâche exclusive des hommes dans une autre société ?. Parce que l’idéologie du genre est une attitude intériorisée, elle est souvent considérée comme naturelle et prescrite par la religion. Nous en sommes très conscients. Il existe un ensemble de règles non écrites auxquelles nous nous en tenons habituellement, même si nous essayons de changer.

Dans les efforts de développement, l’idéologie du genre joue un grand rôle avec les bénéficiaires, mais en outre, elle fait aussi partie de la pensée des professionnels en charge des projets et programmes. Parfois, les programmes peuvent créer encore plus d’inégalités entre les sexes en supposant qu’une intervention ou la technologie ou la politique est le genre neutre. L’approche genre essentiel stipule que tout type d’intervention n’est pas le genre neutre, cela signifie que la politique, le programme/projet ou la technologie, affecte/impacte toujours de différentes manières les femmes et les hommes.

Changer l’idéologie du genre en soi est difficile certes mais pas impossible. Des règles, même fortement liées ou ancrées dans une certaine culture ou un contexte donné, peuvent toujours se briser, changer ou être violées. Toutefois vouloir modifier l’idéologie du genre en ce qui concerne les tabous se révélera très difficile. Des questions telles que les menstruations, la grossesse et uriner sont des sujets tabous dans la plupart des cultures et les nombreuses règles pertinentes, écrites ou non écrites, seront difficiles à changer

Équité par rapport à Egalité

L’équité et l’égalité sont parfois mal utilisées de façon interchangeable, bien qu’elles signifient différentes choses, elles sont également complémentaires. Une bonne définition des deux concepts se trouve dans le manuel de formation UICN et GGCA (2015) sur le genre et le changement climatique:

L’égalité des sexes est le concept selon lequel tous les êtres humains, hommes et femmes, sont libres de développer leurs capacités personnelles et de faire des choix sans les limites fixées par les stéréotypes, les rôles de genre rigide ou les préjugés. L’égalité des sexes signifie que les différents comportements, les aspirations et les besoins des femmes et des hommes sont considérés, valorisés et favorisés de façon égale. Cela ne signifie pas que les femmes et les hommes doivent être les mêmes, mais plutôt que leurs droits, responsabilités et possibilités ne dépendront pas de ce qu’ils sont nés mâles ou femelles.

L’équité des sexes signifie l’impartialité de traitement pour les femmes et les hommes, en fonction de leurs besoins respectifs et différenciés. Cela peut inclure l’égalité de traitement ou le traitement qui est différent mais équivalent en termes de droits, avantages, obligations et opportunités. Dans le contexte du développement, un objectif d’équité entre les sexes exige souvent des mesures intégrées pour compenser les désavantages historiques et sociaux des femmes. Par conséquent, l’égalité des sexes et l’équité des sexes doivent être à la fois poursuivies d’une manière complémentaire avec l’égalité des sexes comme l’objectif ultime. En d’autres termes, afin de parvenir à l’égalité des sexes, il est souvent nécessaire de poursuivre les mesures d’équité entre les sexes. Ceci étant, nous devons répondre aux différents besoins et exigences des personnes différentes. Pour cela, nous devons traiter les gens différemment et non de la même façon mais plutôt de façon équitable, répondre à leurs besoins spécifiques. La réalisation de l’égalité des sexes n’est pas un but unique. Parce que le progrès peut trop facilement être érodé, l’équité entre les sexes doit être constamment encouragée et soutenue activement.

Egalité des sexes / dimensions de l’inégalité
Pour mieux comprendre les dimensions et la portée du genre (en matière d’équité / d’égalité), les dimensions d’analyse de genre suivantes doivent être scrutées:
• La dimension socio-économique
La division sexuelle du travail et l’accès aux ressources telles que la terre, l’eau, les actifs, le revenu (avec son écart persistant de rémunération entre hommes et femmes), l’information et l’éducation.
• La dimension socio-culturelle
Les modèles et les normes culturels, religieux et traditionnels envers les femmes et les hommes diffèrent d’une société à une autre, d’un groupe ethnique à l’autre et d’une culture à l’autre.
• La dimension juridique
Le statut juridique des femmes et des hommes diffère; les femmes et les hommes ne jouissent pas toujours des mêmes droits, tels que les droits de succession dans de nombreux pays qui favorisent les hommes Si les lois ne sont pas mises en œuvre ou appliquées correctement, ou si les lois ne parviennent pas à résoudre les obstacles qui entravent le traitement égal des femmes et des hommes devant la loi, elles pourraient avoir un effet discriminatoire indirect. Des mesures doivent donc prendre en considération les facteurs sous-jacents qui affectent de manière disproportionnée l’égalité de traitement des individus devant la loi.
• La dimension politique
L’accès à la participation aux processus de prise de décision et l’accès à des postes / pouvoirs n’est pas le genre neutre. Les conséquences sont que les voix des femmes ne sont pas équitablement représentées dans les structures de prise de décisions politiques et autres, ce qui se reflète dans les politiques et les pratiques climatiques.
• La dimension biologique et physiologique
Les différences physiologiques et biologiques évidentes entre les sexes peuvent être exacerbées par les stéréotypes socioculturels. Les stéréotypes peuvent être dangereux, conduire à une discrimination illicite et influencer sur l’accès des individus à leurs droits.
Ces dimensions de genre aident à comprendre les différentes facettes des inégalités entre les sexes, qui ont pour origine les soi-disant « écarts entre les sexes » dans la société.
Ecart de genre
Il fait référence au fait que les inégalités subtiles persistent entre la capacité des femmes et celle des hommes à réaliser l’ensemble de leurs droits, y compris dans leur accès et le contrôle des ressources, la charge de travail non rémunéré, la santé et la sécurité, et la voix politique, parmi les autres dimensions de l’inégalité de genre interconnectées entre elles. Par exemple, en 2011, la FAO a fait une publication intéressante, montrant les écarts alarmants entre les sexes dans l’agriculture, tels que de grandes différences existant entre les femmes et les hommes sur le régime foncier, et que globalement moins de 20% des propriétaires sont des femmes. Aide à l’action (2015) a indiqué que les femmes gagnent en moyenne 10% à 30% de moins que les hommes pour un travail de valeur égale. Une large part des informations statistiques sur les écarts entre les sexes sera en outre indiquée dans les différentes sessions du module 3 (intégration du genre dans les ODD).
Divers efforts et engagements pour réduire les écarts entre les sexes ont été mis au point depuis le début des années 1970. Depuis lors, les différentes approches et stratégies ont vu le jour pour comprendre et expliquer les processus des inégalités inhérents au sexe et leurs implications sur le bien-être de la société. Une stratégie mondialement reconnue pour identifier les inégalités entre les sexes et promouvoir des actions proactives en matière d’égalité des sexes est « gender mainstreaming ». La prochaine session de ce module expliquera plus en détail ce qu’est l’intégration du genre et comment elle peut être appliquée dans les pratiques de développement. Dans la section suivante, les engagements internationaux importants pour l’égalité des sexes sont présentés.

Données désagrégées de sexe et de genre,
Les données désagrégées de sexe sont les données quantitatives de tout secteur ou domaine de préoccupation, qui indiquent le nombre séparé des hommes et des femmes sur un même tableau. En précisant davantage l’appartenance ethnique, la classe sociale, l’âge, le lieu, etc. ces données deviennent celles désagrégées de genre. Les données désagrégées de sexe et les données désagrégées de genre peuvent vous fournir des informations sur le statut, les problèmes et les besoins des hommes et des femmes, et c’est donc essentiel lorsque vous faites une analyse du genre. Les données désagrégées donnent un aperçu des groupes de personnes qui sont plus touchés par un problème spécifique et aident à cibler plus spécifiquement les projets, programmes et politiques. En outre, elles permettent l’analyse des budgets à partir d’une perspective de genre ainsi que le suivi sensible au genre des impacts et des disparités.

Les différentes terminologies liées au genre, telles que: le besoin d’évaluation du genre, la sensibilité au genre, la budgétisation sensible au genre, etc. sont présentés en annexe de ce module (comme glossaire), qui peut également être inclus dans le prologue ce manuel.

Pourquoi les questions de genre
L’égalité des sexes est un droit humain, mais il est aussi une condition sine qua non pour le développement durable et la démocratisation. Le Principe 20 de la Déclaration de Rio 1992, est le premier à souligner que l’inégalité entre les sexes est un obstacle pour le développement durable en déclarant: « Les femmes ont un rôle vital dans la gestion de l’environnement et le développement. Leur pleine participation est donc essentielle pour parvenir à un développement durable ».
Au cours des dernières décennies, il y a eu des progrès envers les droits des femmes, cependant, de nombreuses lacunes subsistent. Par conséquent, il est essentiel de traiter, non seulement dans les interventions de développement, les causes structurelles de l’inégalité entre les sexes, comme la violence contre les femmes, la pauvreté, le travail non rémunéré, un contrôle limité sur les actifs et les ressources et la participation inégale à la prise de décision.
Engagements internationaux et instruments politiques pour l’égalité des sexes

Il existe différents accords internationaux, conventions et directives volontaires pour l’égalité des sexes. Vous pouvez également consulter les liens suivants:
file HYPERLINK « file:///C:/Users/Juana%20Vera%20Delgado/Downloads/Annex%202%20Global%20and%20Regional%20Commitments%20to%20Gender%20Equality.pdf »: /// C: /Users/Juana%20Vera%20Delgado/Downloads/Annex%202%20Global%20and%20Regional%20Commitments%20to%20Gender%20Equality.pdf
http://www.ohchr.org/Documents/Publications/RealizingWomensRightstoLand.pdf
Aux fins de ce module, les accords internationaux sont indiqués ci-dessous:

Priorités des femmes au cœur de l’Agenda 21

Le Sommet de la Terre de 1992, reflète les efforts déployés par les femmes défenseurs et alliés pour intégrer l’égalité des sexes et les droits des femmes à travers « Agenda 21 ». Agenda 21 a un chapitre entier consacré aux femmes et au développement durable, c’est le chapitre 24. Le présent chapitre, intitulé « Action mondiale pour les femmes vers le développement durable et équitable », reste très pertinent aujourd’hui. Au CNUED (Sommet de la Terre en 1992), le « Programme d’action des femmes 21 » de Miami, est utilisé comme outil pour les femmes activistes à faire pression pour l’inclusion de références critiques aux femmes et aux questions de genre dans le programme Agenda 21. Outre le chapitre 24, Agenda 21 comprend au moins 145 références dans le texte des situations et des rôles spécifiques des femmes dans l’environnement et le développement durable. Le principe 20 de la Déclaration de Rio se lit aussi comme suit: « Les femmes ont un rôle vital dans la gestion de l’environnement et le développement. Leur pleine participation est donc essentielle pour parvenir à un développement durable. » Les informations détaillées sur l’histoire de l’environnement du mouvement des femmes se trouvent dans la publication du PNUE « Les femmes et l’environnement »

Du Sommet de la Terre de 1992 à la Conférence mondiale des femmes à Beijing en 1995
Au moment du Sommet de la Terre (CNUED) en 1992, les plans étaient déjà en cours pour une quatrième Conférence mondiale sur les femmes qui se tiendra à Beijing en 1995. C’est ainsi donc qu’Agenda 21 dans son Paragraphe 24.3 a encouragé les gouvernements à revoir leurs progrès dans les domaines du chapitre 24 et à présenter un rapport basé sur les recommandations à la Conférence de Beijing. La Conférence mondiale sur les femmes de 1995, intitulée « Action pour l’égalité, le développement et la paix » et construite plus sur de nombreuses questions au chapitre 24 et a adopté une Déclaration de Beijing et une Plate-forme d’action. Des objectifs et actions stratégiques de la plate-forme prennent en compte les questions ci-après : les femmes et la pauvreté, l’éducation et la formation des femmes, les femmes et la santé, la violence contre les femmes, les femmes et les conflits armés, les femmes et l’économie, les femmes au pouvoir, la prise de décision, le mécanisme institutionnel de promotion des femmes, les droits humains des femmes,

La Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes invite les États parties à mettre fin à la discrimination contre les femmes dans les lois, politiques et pratiques, notamment par l’adoption de mesures temporaires spéciales. Son article 2 oblige les États à « prendre toutes les mesures appropriées, y compris législatives, pour modifier ou abroger les lois, règlements, coutumes et pratiques qui constituent une discrimination envers les femmes. » Voir aussi 14.2, 15.2 et 16c.

Rio-1992 Sommet de la Terre et plus de ratification de la CEDAW
Le CNUED Agenda 21 au Paragraphe 24.5 appelle au renforcement de la Convention des Nations Unies sur l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), en particulier ses éléments sur l’environnement et le développement, y compris l’accès aux ressources naturelles, le logement à faible coût, les services bancaires créatifs, la technologie, la pollution et le contrôle de la toxicité. Aujourd’hui, CEDEF a 187 parties dont 75 ont été ajoutées depuis le CNUED. Afin de renforcer la CEDAW en ce qui concerne les menaces de violence sexiste, l’Assemblée générale a adopté une Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes en 1994.

Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, dans son article 3, garantit l’égalité entre les femmes et les hommes et interdit la discrimination fondée sur le sexe, entre autres motifs, dans son article 2. Le Pacte reconnaît également les droits à la vie, la vie privée et familiale, la liberté et la sécurité de la personne, l’égalité devant les cours et tribunaux, l’information, la liberté de mouvement, d’association, de réunion et d’expression, la liberté hors de la torture et des traitements cruels, inhumains ou dégradants, l’autodétermination, une égale protection de la loi, la participation aux affaires publiques et les remèdes.

Le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels dans son Art. 3 invite les États parties à «s’engager à assurer le droit égal des hommes et des femmes de jouir de tous les droits économiques, sociaux et culturels énoncés dans le présent Pacte » et interdit toute discrimination fondée sur le sexe. Le Pacte reconnaît également les droits à l’alimentation, au logement, à l’éducation, à la santé, à la culture, au travail et à l’association (les syndicats).

En outre, certaines des directives volontaires et recommandations suivantes peuvent être utiles dans le but de votre formation. Vous pouvez également consulter les cadres juridiques et politiques pour votre propre région.

Les Directives volontaires à l’appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale, adoptée par le Conseil de la FAO en 2004, se réfère aussi explicitement à la terre dans le cadre du droit à l’alimentation. En particulier, la ligne directrice 8 (accès aux ressources et actifs) encourage les États à « prendre des mesures pour promouvoir et protéger la sécurité de la propriété foncière, en particulier en ce qui concerne les femmes et les pauvres et les défavorisés de la société, par une législation qui protège le plein et égal droit de posséder des terres et d’autres biens, y compris le droit d’hériter ».

Les Directives volontaires sur la gouvernance responsable des régimes fonciers des terres, pêches et forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale, sous les auspices du Comité de la FAO sur la sécurité alimentaire mondiale, en mai 2012. Elles sont les premières orientations sur la gouvernance des terres négociées par les États au niveau international. Elles réitèrent le principe de l’égalité des sexes, appelant les États à « veiller à ce que les femmes et les filles aient des droits fonciers égaux et d’accès aux terres, aux pêches et aux forêts indépendamment de leur état civil et matrimonial » et donner des conseils sur divers aspects de la gouvernance des régimes fonciers avec référence au principe de l’égalité des sexes.

Sources importantes:

Hot Issue: égalité du genre et l’équité du genre. Boîte à outils de genre ASDI (2016). http://www.sida.se/contentassets/3a820dbd152f4fca98bacde8a8101e15/brief-hot-issue-equity-equality.pdf
Combler le fossé. Programme de la FAO pour l’égalité des sexes dans l’agriculture et du développement rural. FAO (2009). http://www.fao.org/3/a-i1243e.pdf
Promouvoir l’égalité des sexes: une approche axée sur l’équité à la programmation. Unicef
https://www.unicef.org/gender/files/Overarching_Layout_Web.pdf
Égalité entre les sexes et équité. Un examen sommaire des réalisations de l’UNESCO depuis la quatrième Conférence mondiale sur les femmes. Condition féminine et égalité des sexes (2000).http://unesdoc.unesco.org/images/0012/001211/121145e.pdf

Exercices, étuis et outils
Inventaire du niveau de compréhension du genre
Type d’exercice
Inventaire et explication en plénière.
Ceci peut être utilisé si les participants sont déjà un peu informés au sujet du genre.
Attribution de temps
30-45 minutes
Besoins / exigences pour cet exercice
• Un tableau et des stylos pour écrire les réponses des participants
Description de l’exercice
L’animateur demande aux participants de partager leur compréhension sur le genre en indiquant un élément du concept genre, de préférence dans une phrase.
Le cas échéant et si possible, l’animateur leur demande de donner un exemple de leur aspect spécifique qui est valable en ce qui concerne le thème de l’atelier (par exemple, comment il se rapporte à WATSAN en cas d’un atelier sur le genre dans WATSAN)
L’animateur ou assistant écrit les aspects sur un tableau.
Après que chacun des participants ait donné sa brève contribution, l’animateur explique le concept de genre (par exemple par une projection en power point contenant les aspects du concept de genre) et se réfère à ce qui a déjà été mentionné, et ce qui a été omis.
Les aspects qui ne sont pas mentionnés par les participants reçoivent plus d’attention.

Garçon ou fille? comprendre le genre
Type d’exercice: Discussion en séance plénière et explication du genre en séance plénière
Affectation du temps:15-30 minutes
Besoins / exigences pour cet exercice
• Une photo d’un enfant ou deux enfants en bas âge où il n’est pas vraiment évident de distinguer leur sexe ;
• Un projecteur pour projeter la photo ;

Exemple d’image que vous pouvez utiliser (les jumeaux sont des filles)
• Des Flip-chart et des stylos pour écrire des réponses.
Description de l’exercice
L’animateur montre l’image et demande aux participants s’ils pensent qu’il est une image d’une fille ou d’un garçon (ou en cas de deux enfants en bas âge si elles sont toutes deux filles, ou tous deux garçons ou un garçon et une fille).
Laissez les participants discuter et demandez-leur pourquoi ils pensent que le bébé est une fille ou un garçon et d’écrire les réponses sur un tableau.

Après discussions, expliquez que lorsqu’un enfant est né, nous pouvons l’identifier seulement comme un homme ou une femme par son sexe. Après l’avoir identifié comme une fille ou un garçon que nous lui donnons différents habits et jouets. Plus tard, nous lui donnons des tâches différentes et attendons un comportement différent. Cela fait référence au genre.

Grâce à ces pratiques sociales les garçons ont tendance à devenir les décideurs à mobilité libre, digne et indépendante et les filles ont tendance à devenir les exécutantes de décisions, à mobilité réduite, avec moins de dignité et plus de dépendance. C’est pour cette raison que les garçons et les hommes sont considérés comme honorables, puissants, supports économiques, et auto-suffisants dans la famille et la société. D’autre part, les femmes sont censées être impliquées dans les tâches ménagères et jouer un rôle d’une servante des hommes ayant ainsi une position de soumission. Cela montre comment le genre a un impact sur tout un chacun dans n’importe quelle partie de sa vie.
Caractéristiques des hommes et des femmes: La différence entre le sexe et le genre
Type d’exercice: brainstorming en plénière
Affectation du temps:45 minutes
Besoins / exigences pour cet exercice
• Deux papiers flip shart et des marqueurs
Description de l’exercice
Prenez deux papiers flip shart et mettez-les côte à côte devant le groupe. En haut de l’un, écrivez le mot « les femmes » et de l’autre, « les hommes ».
Demandez aux participants « Quelles sont les caractéristiques des femmes et des hommes? » Demandez aux participants de répondre rapidement et sans se prononcer sur les contributions des autres.
Notez tout ce qui est annoncé. Ne discutez pas de quoi que ce soit à ce stade. Il serait souhaitable d’avoir un co-facilitateur avec vous pour aider à écrire sur les feuilles au tableau.
Assurez-vous que les caractéristiques liées au sexe des femmes et des hommes tels que : donner naissance, l’allaitement, tomber enceinte, pousser la barbe ou la moustache sont également mentionnées. Sinon, vous aurez besoin de les mentionner.

Une fois que les listes sont terminées, passez par chaque élément de la rubrique poste par poste. Par exemple, sous la rubrique des « femmes », demandez si les hommes peuvent aussi être patients, sensibles, attentionnés …? Si oui, marquez cette caractéristique avec un « oui » ou un signe « + ». Les caractéristiques qui ne peuvent être modifiées, par exemple, tomber enceinte, de plus en plus une moustache, etc., devraient être marquées d’un « non » ou un signe «-».
Faites la même chose pour le tableau intitulé « hommes ».

Discutez des questions suivantes:
1) Quelles sont les caractéristiques des femmes et des hommes qui ne peuvent pas être changées? Quelles caractéristiques les mâles et les femelles peuvent avoir en commun?
2) Les femmes sont-elles toujours patientes, sensibles, etc.? Les hommes parlent-ils toujours haut et fort, sont-ils toujours forts, etc.? Pourquoi ou pourquoi pas?
3) Comment réagiriez-vous si une femme parle fort et est plus forte qu’un homme? Comment réagiriez-vous si un homme ne parle pas fort et n’est pas aussi fort, mais patient et sensible?
4) Ces caractéristiques des femmes et des hommes sont-elles naturelles? Biologiques?
5) Comment pouvons-nous obtenir ces caractéristiques? Sommes-nous nés avec ou sont-elles déterminées socialement?

Expliquez la différence entre le sexe et le genre. Répondez aux questions et commentaires du groupe.
L’équité et l’égalité: L’histoire du renard et la grue
Type d’exercice: Histoire / exemple
Affectation du temps:15 minutes
Besoins / exigences pour cet exercice
• Photos pour illustrer l’histoire
Description de l’exercice
L’animateur raconte l’histoire suivante montrant les photos d’accompagnement:
Le renard et la grue sont de bons amis, aussi un jour le renard invite la grue à dîner. Il a servi la nourriture sur un grand plat. La grue avec son bec long et étroit ne pouvait pas manger, pendant que le renard savourait la bonne soupe. Pour lui rendre la monnaie, la grue a invité le renard à dîner. Elle a mis la nourriture dans un grand et profond verre et cette fois-ci le renard avec son court et large visage ne pouvait pas manger.

Explication de l’histoire:
Cette histoire montre que les deux amis avaient une chance égale de manger de la nourriture, mais les deux fois l’un d’entre eux n’a pas pu profiter de cette occasion.

Cependant, pour atteindre une égalité à la fin, nous devons répondre aux différents besoins et exigences du renard et de la grue. Par conséquent, nous ne devrions pas les traiter également mais différemment afin d’avoir le même résultat à la fin (les deux étant capables de manger la soupe). Nous devons les traiter équitablement (traitement juste, mais pas égal) pour obtenir un résultat égal.

Ceci est la même chose dans le cas du genre ; dans tous les cas, nous devons identifier les obstacles aux possibilités de développement qui existent, et ajuster et adapter les activités de telle sorte qu’elles conduiront à l’égalité des résultats pour les femmes et les hommes.

Les photos de l’histoire sur le renard et la grue

Session 1.2: L’intégration du genre et les approches du programme Women2030
Objectifs d’apprentissage
A la fin de ce module, les participants seront:
• à même de décrire l’intégration du genre ;
• en mesure de parler des aspects importants de l’intégration du genre ;
• capables de décrire les différentes approches qui peuvent être utilisées pour l’intégration du genre dans les institutions et les organisations, les politiques et les instances et dans les projets et programmes ;
• capables de citer les principes fondamentaux de l’égalité des sexes ;
• à même d’avoir un aperçu des méthodes, outils et techniques disponibles pour intégrer le genre et en mesure d’identifier quel outil peut être utilisé et quand ?.

Bref résumé
Ce module explique pourquoi l’intégration du genre est importante et comment elle peut être faite. Les concepts, approches, méthodologies, outils et techniques sont expliqués et appliqués. Les principaux aspects et les principes de l’intégration du genre sont mis en évidence.

Sessions
Le module se compose de trois (3) sessions. Dans la première session, il est expliqué ce qu’est l’intégration de genre et pourquoi elle est importante. La deuxième session décrit divers aspects de l’intégration du genre et les différentes approches et stratégies utilisées pour l’intégration du genre dans les politiques et les cadres juridiques, les institutions et les organisations et dans les projets et programmes. Il décrit les différents outils pour le faire. La troisième session décrit les méthodes, les outils et techniques pour intégrer le genre et par quelles astuces pratiques aborder la première session et la deuxième session.

Information pour les animateurs
L’intégration du genre (IG) et comment faire ?
L’intégration du genre est un processus plutôt qu’un objectif. Il vise à favoriser le changement transformationnel pour atteindre l’égalité des sexes et le développement durable. Elle se fait en évaluant et en analysant les conséquences de toute action envisagée, les politiques et les programmes sur le bien-être des femmes et des hommes dans tous les domaines et entre les différents groupes sociaux et culturels.

L’intégration du genre est une stratégie pour inclure les préoccupations et les expériences des femmes et des hommes dans l’identification, la conception, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des politiques, des programmes et des projets dans tous les domaines. Elle implique toutes les personnes (hommes, femmes, riches, pauvres, vieux, jeunes, etc.) en matière de consultation, gestion et processus de prise de décision, et se fonde sur les connaissances et les compétences des femmes tout comme sur celles des hommes. Elle offre essentiellement une approche pluraliste qui valorise la diversité parmi les femmes et les hommes et son but est que les femmes et les hommes puissent de façon égale bénéficier sans discrimination fondée sur le sexe.

Le concept de l’intégration du genre suppose qu’il existe une approche « mainstream » (appelé « genre neutre ») dans les politiques, les institutions et les organisations, où les choses se font d’une certaine manière, et que cette approche ne prend pas en compte la diversité des personnes. En faisant une intervention « genre neutre », les disparités entre les sexes sont ainsi renforcées et les inégalités sont approfondies. L’intégration du genre vise à transformer le courant dominant de genre neutre, et faire des considérations de genre une partie de la vie de tous les jours des personnes. Il vise à amener les gens à faire des choses différemment qu’auparavant, et l’attention devrait être accordée pour que le genre ne soit pas « dilué dans le courant dominant » et oublié à nouveau.

Les approches Women2030 pour l’intégration du genre et la promotion de l’égalité des sexes

Il existe différentes approches pour intégrer le genre dans une intervention de développement. Les organisations partenaires (bénéficiaires) du programme Women2030 utilise les deux approches suivantes en matière d’égalité des sexes: Approche sensible au genre (GRA), Approche Empowerment (EA), et Approche du développement de la justice ?,…(S’il vous plaît, pourriez-vous ajouter ici un court paragraphe sur l’approche (s) que votre organisation utilise ?, par exemple GWA utilise EA et GRA, WECF utilise GRA, APWLP utilise l’approche développement de la justice, GFC (qui?), Le WEF (qui? ), quand cela est possible, s’il vous plaît inclure le lien correspondant où vous pouvez indiquer les outils que vous avez développés pour appliquer l’approche.

Approche sensible au genre (GRA)
GRA est une approche qui appelle à un besoin urgent de reconnaître et de répondre de façon adéquate aux besoins particuliers, aux priorités et réalités des hommes et des femmes à la fois (à travers différents classes, ethnies, castes et groupes générationnels), de telle sorte que chacun d’eux peut également bénéficier de toute intervention des politiques et programmes / projets mis en œuvre. Cela signifie «ne pas laisser derrière les femmes, les filles, les hommes pauvres ou d’autres groupes défavorisés. GRA sous-entend que l’attention soit accordée aux questions de genre dans l’élaboration des politiques (pour éviter la politique « genre neutre »), dans la conception et la planification des programmes / projets, dans la constitution de données fondées sur des preuves et ventilées par sexe, la construction d’indicateurs sensibles au genre et le suivi et dans l’élaboration d’une budgétisation sensible au genre.

(S’il vous plaît WECF peut également inclure le lien correspondant pour plus d’informations ou un outil)

Approche empowerment:

Dans la session 1 de ce module, il a été mentionné que les inégalités entre les sexes touchent les femmes et les filles de manière disproportionnée, générant non seulement le subtil écart entre les sexes dans les différentes dimensions de genre, mais aussi les relations de pouvoir asymétriques. En attendant, les relations de pouvoir asymétriques alimentent les inégalités entre les sexes et le sous-développement, la génération d’un cercle vicieux. Une manière de briser ce cercle vicieux est de permettre aux femmes et aux groupes défavorisés de veiller à ce qu’ils connaissent leurs droits, afin qu’ils puissent se prévaloir des ressources, des services et du recours auxquels ils ont droit.

L’autonomisation est un processus de changement, ce qui permet aux gens de faire des choix et convertir ces derniers en actions souhaitées et résultats. Ce faisant, les gens – pas seulement les femmes – prennent le contrôle de leur propre vie, améliorent leur propre position, établissent leur propre programme, acquièrent des compétences, développent la confiance en soi, résolvent les problèmes, et développent l’autosuffisance. L’autonomisation conduit à une véritable participation de tous les acteurs car il est un processus d’obtenir la confiance en soi pour le développement individuel, ainsi que de contribuer au développement des autres. En bref, l’autonomisation fait référence à l’augmentation de la force économique, sociale, politique et physique de toute personne ou entité. Par conséquent, lorsque nous évaluons le niveau d’autonomisation d’un individu ou d’un groupe, nous examinons les dimensions interdépendantes suivantes: l’autonomisation socio-culturelle, l’autonomisation physique et l’autonomisation politique. Je fournirai le lien bientôt, nous mettons à jour notre site Web)

Approche développement de la justice (APWLD, s’il vous plaît fournir des informations à court ici)
………………

Enfin, lorsque l’on travaille avec les hommes et les garçons, les programmes devraient aborder explicitement les attitudes sexistes et promouvoir les notions alternatives de masculinité. Ceux-ci se sont avérés efficaces pour changer les attitudes et les comportements liés à différentes injustices de genre, telles que la violence contre les femmes, la santé reproductive, la sécurité alimentaire et la nutrition, la résilience et l’adaptation au climat

Des outils pour l’intégration du genre

En fonction des objectifs de l’intégration du genre dans votre travail ou votre organisation, vous pouvez utiliser certains des outils suivants:

• Analyse de genre, au niveau communautaire et politique pour évaluer les besoins entre les sexes et les régions où l’engagement et l’action sont nécessaires, afin que les politiques, les programmes et les projets répondent aux différents besoins des personnes différentes. Une analyse du genre peut être appliquée à l’organisation, aux politiques et programmes pour évaluer les implications que chaque décision et activité auront sur les femmes, les hommes, les filles et les garçons. Elle analyse les différences entre les hommes et les femmes en termes de droits, responsabilités, accès aux ressources et pouvoir. Une plus grande explication de l’analyse du genre et des différentes matrices d’analyse se trouvent dans le lien suivant : https://drive.google.com/open?id=0ByejYlliYlrUcWVLaF83cHlfakE

• Evaluation des politiques de genre pour focaliser l’attention sur les questions de genre dans l’organisation et assurer sa mise en œuvre. Une politique de genre est formulée pour une institution ou une organisation et donne un aperçu de son engagement afin de prendre au sérieux les questions de genre. Elle concerne le travail des organisations et précise la participation des femmes et des hommes dans le cycle du projet. Elle concerne également la dotation en personnel et la culture organisationnelle et aborde donc les questions qui touchent le personnel féminin et masculin comme, le recrutement, la promotion et les possibilités de formation pour le personnel féminin et masculin, la budgétisation sensible au genre, la vision de genre partagée, l’accès aux mécanismes de représentation de genre aux prises de décision, etc. La mise en place des structures de soutien qui permettent aux femmes de travailler comme les établissements de garde d’enfants, des horaires de travail flexibles, etc.. Une politique de genre devrait également inclure un plan d’action qui décrit comment la politique de genre sera mise en œuvre sur une période de temps déterminée avec des activités spécifiques, des budgets, des responsabilités et des indicateurs de suivi et d’évaluation. Par l’intégration du genre dans les politiques, les pratiques, les procédures et les services de l’organisation conduiront à de meilleurs services (ou des projets et programmes) et à une main-d’œuvre plus diversifiée, fidèle et dévouée

• Audit ou analyse du genre au niveau institutionnel afin d’évaluer la pertinence du genre au travail au jour le jour et l’efficacité. Une analyse du genre est une méthode d’auto-évaluation pour les organisations qui aide à améliorer la performance de l’organisation en ce qui concerne l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. Elle peut être utilisée comme point de départ pour formuler une politique du genre, mais peut aussi être utilisée pour évaluer si une politique de genre existant est mise en œuvre efficacement et avec succès. L’objectif global est d’évaluer la performance et le potentiel d’une organisation pour développer et mettre en œuvre une politique de deux sexes et la pratique de renforcer ses activités, produits et services.

• Budgetisation sensible au sexe en assurant qu’il y a des allocations budgétaires appropriées pour traiter les questions de genre et l’introduction de la budgétisation sensible au genre. La budgétisation sensible au genre vise à assurer que les fonds sont disponibles pour aborder les questions de genre dans un projet, programme ou politique, que cela ne peut se faire sans un budget adéquat. Il y a une différence entre un budget de genre et un budget sensible au genre. Un budget de genre est un budget distinct pour les activités d’intégration du genre comme l’embauche d’un expert en genre pour élaborer une stratégie de genre, ou la provision de renforcement des capacités sur l’intégration du genre et le sexe pour le personnel de l’organisation. Dans un budget sensible au genre il n’y a pas de ligne budgétaire distincte dans le budget pour le genre ou l’intégration du genre. Mais un budget sensible au genre garantit que les femmes et les hommes bénéficient des investissements du projet, programme ou politique, ou que les groupes défavorisés bénéficient plus du projet que d’autres. Pour plus d’informations, consultez le lien suivant: ??????

• Indicateurs sensibles au genre et collecte de données ventilées par sexe, âge, classe socio-économique, etc. Les indicateurs sensibles au genre sont des indicateurs ventilés par sexe, âge, ethnie et contexte socio-économique. Ils mesurent les changements liés au genre dans le temps et soulignent à quel point et de quelle manière les programmes et projets ont atteint leurs objectifs d’équité entre les sexes. Ces indicateurs révèlent les différences prévues dans l’impact pour les femmes et les hommes. Les indicateurs devraient être liés aux objectifs de genre et les objectifs d’un projet, programme ou d’une politique et un nombre limité devrait être mis au point au cours de la phase d’identification ou de la formulation. Au début de la mise en œuvre, ils devraient servir de base ou de référence, et après peuvent être utilisés pour surveiller les progrès accomplis et l’impact lors des évaluations. Voir les informations plus larges sur GSI dans l’outil GIM: ??????

• Plan d’action du genre individuel (IGAP), c’est un outil pour les praticiens professionnels du développement, ce qui contribue à intégrer le genre dans un travail, sans être directement impliqué dans le Plan d’action du genre pour l’ensemble du projet ou programme. Il est généralement fait pendant un an. IGAP aide à assurer l’engagement de chaque personne à contribuer à l’amélioration des relations entre les sexes et l’amélioration de l’égalité. Il contribue également à l’auto-surveillance des travaux pour améliorer les relations entre les sexes et l’amélioration de l’égalité par les membres du personnel, montrant comment ils peuvent personnellement contribuer à l’intégration du genre, ce qui peut les rendre fiers de faire vraiment une différence dans leur propre espace. Un IGAP n’a pas besoin d’être étroitement aligné avec les objectifs et les résultats de l’organisation, mais existera généralement. Il peut aller au-delà des activités du projet, car il peut également répondre à l’environnement de bureau ou les relations de genre de l’intérieur.

Lorsque l’intégration du genre se fait au niveau du terrain, il est conseillé de prendre en compte les principes suivants:
• Utilisez la communication et le langage sensibles au genre : il est important d’empêcher l’utilisation des stéréotypes (par exemple des images qui montrent toujours les femmes de ménage et les hommes De manipulation des machines). Ils obligent aussi les gens à être précis, à ne pas parler des « locaux », mais plutôt à dire : les « pauvres paysannes locales » ou les «pauvres hommes travailleurs agricoles» ou encore les « riches propriétaires terriens hommes et leurs épouses ». Quand on adresse des lettres aux personnes dont le sexe est inconnu, il est utilisé à la fois « Cher Monsieur » et « Chère madame ». On prend soin de ne pas supposer que quelqu’un sera un homme ou une femme en fonction de leur profession (par exemple, si vous êtes à la recherche d’un ingénieur, vous ne devriez pas supposer que c’est un homme, ou si vous parler à l’assistant administratif demander « où puis-je la trouver’). En outre l’attribution de tâches spécifiques aux femmes ou aux hommes par le choix des mots doit être évitée (par exemple, dites « quelqu’un peut nous faire du thé » au lieu de « les femmes peuvent elles nous faire du thé »).
• Essayez de poursuivre l’équilibre de la diversité et de genre dans la mise en œuvre d’un programme / projet pour éviter que votre programme ne bénéficie uniquement qu’aux hommes ou qu’aux femmes. Les programmes doivent atteindre différents groupes, quelle que soit la classe, l’ethnie, la caste, l’âge et l’orientation sexuelle pour obtenir une participation significative, et que les femmes et les hommes soient impliqués dans les processus de prise de décision. Cependant, la présence unique des hommes ou des femmes dans un certain atelier ou organisation ne garantit pas que le genre soit intégré. Si les gens ne sont pas en mesure d’apporter une contribution significative parce qu’ils ne disposent pas des compétences ou des pratiques de connaissances ou culturelles les empêchant de s’exprimer, leur présence est juste à titre indicatif. Dans ce cas, vous devrez peut-être cibler les groupes défavorisés (tels que nous les pauvres / femmes analphabètes, les femmes autochtones, les filles, etc.)
• Logistique sensible au genre prend en compte les différents besoins des femmes et des hommes pour qu’ils soient en mesure de participer à des réunions et des ateliers. Quelques exemples: le calendrier approprié des réunions; à cet effet, si les gens sont occupés à la récolte, les agriculteurs et les ouvriers agricoles seront occupés à travailler la terre et ne seront pas en mesure d’assister à la réunion. Si une réunion est prévue à un moment où les femmes préparent le dîner pour leur famille, elles ne seront pas en mesure d’y assister. D’autres facteurs limitant pourraient être ceci: les gens sont-ils autorisés à amener leurs enfants à la réunion? Dans le cas contraire, est-il prévu de gardiens d’enfants? Cela peut affecter la possibilité des femmes de pouvoir participer à la réunion. En outre, dans certaines cultures, il est inacceptable que les femmes restent en dehors du foyer du jour au lendemain. Si vous prévoyez une rencontre à l’extérieur de leur résidence, les femmes doivent être en mesure de voyager avant la nuit. En outre la mise à disposition de toilettes appropriées est très importante, en particulier pour les femmes. Les toilettes sont séparées? Est-ce qu’elles se verrouillent correctement? Etc.
• Processus de participation sensible au genre : veiller à ce que tous les différents groupes de personnes soient en mesure de participer à la prise de décision au sujet du programme ou d’un projet. Les processus participatifs sont utilisés pour obtenir l’opinion de ceux qui seront touchés ou impliqués par le projet ou la politique, mais ne sont pas nécessairement sensibles au genre. Il faudrait faire un effort supplémentaire pour faire en sorte que les groupes vulnérables et marginalisés de personnes puissent donner leur avis, comme les processus participatifs peuvent être dominés par des groupes puissants de personnes. Ici aussi l’opinion des femmes et des hommes à la fois devraient être représentée.
• Avoir une attitude de respect, d’humilité et de patience, et une volonté d’apprendre des connaissances et de la pratique des populations locales. Essayer aussi d’être le plus flexible pour s’adapter au contexte local et aux activités dynamiques.
Ressources pour l’intégration du genre
Le « Tutoriel pour les gestionnaires de l’eau: Pourquoi les questions de genre » un utile « guide rapide » aux stratégies et approches pour l’intégration du genre dans la gestion intégrée de l’eau. Il est disponible sur le site Web GWA:http://genderandwater.org/en/gwa-products/capacity-building/tutorial-for-water-managers-why-gender-matters
Revue des femmes et l’agriculture ». Analyse de genre dans l’agriculture de la République du Tadjikistan. EWA, WECF (2014)
L’intégration du genre pack de ressources: un guide pratique pour la programmation. Trocaire (2010)https://static1.squarespace.com/static/536c4ee8e4b0b60bc6ca7c74/t/53c5416ae4b0cb5e94fcd8a5/1405436266672/Gender+Mainstreaming+resource+PACK+final+May+2010.pdf
Ce qui fonctionne pour les femmes. Des méthodes éprouvées pour l’autonomisation des femmes et les petits exploitants, la sécurité alimentaire. Loi! Onaid, soins, Concern Worldwide, Oxfan, Practical Action et Self Help Afrique.http://www.care.org/sites/default/files/documents/CC-2012-What_Works_for_Women.pdf
Engendrer le changement transformationnel. Enregistrez le Programme pour l’égalité entre les sexes Les enfants d’orientation et de boîte à outils. Sauver les enfants. https://www.savethechildren.ca/wp-content/uploads/2016/03/gender_equality_program_toolkit_2014.pdf
L’intégration du genre dans l’inclusion Mémorandums conjoints pour les futurs États membres: Guide pratique. http://www.genderkompetenz.info/eng/w/files/gkompzpdf/gmprac_guide_en.pdf
Égalité entre les sexes et l’équité. Un examen sommaire des réalisations de l’UNESCO depuis la quatrième Conférence mondiale sur les femmes. Condition féminine et l’égalité des sexes (2000).http://unesdoc.unesco.org/images/0012/001211/121145e.pdf
Genre et recherche sur le changement climatique dans l’agriculture et la sécurité alimentaire pour le développement rural. Guide de formation. CGIAR, la FAO (2012).file HYPERLINK « file:///C:/Users/Juana%20Vera%20Delgado/Downloads/guide%20on%20climate%20and%20agriculture%20fao.pdf »: /// C: /Users/Juana%20Vera%20Delgado/Downloads/guide%20on%20climate%20and%20agriculture%20fao.pdf

Exercices, étuis et outils
Comprendre l’intégration du genre
Type d’exercice: Transformer le flux
Affectation du temps:10 minutes
Besoins / exigences pour cet exercice: Un dessin similaire à celui décrit ci-dessous

Description de l’exercice
L’animateur explique l’intégration du genre avec l’image de la manière suivante: Le tableau ci-dessus montre le courant vert qui est dominé par les hommes, et un côté rouge-courant qui est à prédominance féminine. Lorsque le courant latéral se jette dans le courant dominant, il est absorbé et également rendu vert. Cela implique que la femelle côté flux doit s’adapter au grand public masculin. Dans la deuxième image que vous voyez, lorsque la femelle côté courant pénètre dans le courant dominant vert, il change de couleur et devient un flux bleu foncé. Le courant dominant n’est maintenant ni un homme ni une femme dominée, mais il est transformé en un autre type de flux. Lorsque nous essayons d’intégrer le genre, nous essayons de prendre la partie du genre pour la « mainstream » au jour le jour, la vie et le travail des personnes. Nous voulons que les gens fassent les choses différemment qu’auparavant et éprouvent le besoin que le genre ne soit pas diluée et oublié à nouveau.
L’analyse de la façon d’intégrer le genre au niveau local
Type d’exercice: analyse des études de cas en groupes
Affectation du temps: 90-120 minutes
Besoins / exigences pour cet exercice
• Description de l’étude de cas ;
• Un tableau et des stylos pour présenter le travail de groupe.
Description de l’exercice
Divisez les participants en 2-3 groupes et distribuer l’étude de cas ;
Laissez-les désigner un premier rapporteur qui fera la restitution des résultats du groupe en plénière ;
Laissez les participants lire le cas et discuter au sujet des questions pendant environ 30 minutes ;
Revenez en arrière en plénière et laissez chacun des groupes présenter ses résultats en 5-10 minutes ;
Discutez des résultats et résumez les conclusions.
Description du cas
Les habitants des bidonvilles dans le district de Tiruchirapalli dans le Tamil Nasu/Inde sont des gens pauvres pour la plupart de la caste la plus basse. Ils vivent séparés du reste de la société qui les considère comme impurs. Les occupations typiques pour les hommes seraient celles des laboureurs et des ouvriers manuels, alors que les femmes travailleraient comme des servantes et des maîtresses de maison.
Comme les anciens membres de la communauté ont souvent été exploités par des personnes de l’extérieur des bidonvilles, ils ont tendance à se méfier des étrangers. Il n’y a pas de lien de communication entre les personnes vivant dans les bidonvilles et les responsables gouvernementaux. Les hommes interagissent avec le monde extérieur, mais les femmes ne sont pas conscientes des services publics et des programmes et ont peur de rencontrer des représentants du gouvernement.

Sexe croit que les femmes doivent obéissance à leur mari, et la seule puissance qu’ont les femmes est de gérer la famille sur ce que leurs maris choisissent et de leur donner de l’argent.

Il n’y a que 6 latrines communautaires sèches où les déchets humains tombent dans un trou à ciel ouvert, et 2 latrines avec fosses septiques construites par la corporation municipale. Cependant, ces 8 latrines sont toutes devenues inutilisables à cause d’un mauvais entretien des infrastructures municipales. Même si elles sont cassées, ces toilettes sont encore utilisées pour la défécation aussi bien que la zone de la chaussée ou les drains ouverts devant les maisons. Les déchets générés sont recueillis à partir des puits et balayés sur le côté par des personnes d’une classe inférieure. Cela crée une énorme monticule de déchets humains, ce qui est un danger pour la santé communautaire. Après les précipitations, les déchets flottent dans les rues et dans les maisons car il n’y a pas de système de drainage.
Les femmes de Viragupettai, rapportent : « le non-entretien des latrines provoque la production et la reproduction des vers fécaux et ils se trouvent à proximité des robinets d’eau, et même à l’intérieur des murs de nos maisons ». Les mauvaises conditions d’hygiène et l’eau contaminée affectent toutes les familles avec la maladie, augmentant non seulement leurs frais médicaux, mais aussi la charge de travail des femmes qui ont besoin de prendre soin des malades.

Le gouvernement local ne débouche pas les latrines complexes remplies et si les travaux de construction liés aux déchets ou à l’assainissement doivent être effectués, ils le font sans impliquer la communauté. Un manque de supervision a conduit à un travail inachevé, mais aussi à de nouvelles toilettes qui sont restées fermées pendant deux ans. Les demandes aux gouvernements locaux pour de meilleurs services ont été vaines. Les autorités de l’Etat pour les affaires urbaines du district de Tiruchirapalli veulent lancer un programme « Namakku Nom Thittam » (Nous pour Nous-mêmes) pour encourager la participation des peuples et l’autonomisation des femmes, la participation des ONG.
Source: Manuel pour flexible et sur mesure du renforcement des capacités, formation et coaching sur le genre et l’eau. GWA 2016

Des questions
1. Quelles sont les questions de genre dans ce cas?
(Pensez à la façon dont les différents groupes de personnes seront ou sont affectés différemment, et qui bénéficiera des développements proposés et qui seront négativement impactés.)
2. Quelles sont les stratégies et les approches pouvant adopter le projet pour répondre à ces questions?
Description de l’affaire sur la façon de comment intégrer le genre au niveau des politiques
S’il vous plaît, certains d’entre vous (WECF, APWLD, WEP) peuvent proposer un court cas d’intégration du genre au niveau politique ?. GWA n’a que des cas d’eau.

Session 1.3: intégration du genre dans ODD

Objectifs d’apprentissage
A la fin de ce module, les participants pourront:
• être conscients de l’importance de l’intégration du genre dans les ODD ;
• comprendre ce qu’il en est à propos de l’Agenda 2030 ;
• avoir une vue d’ensemble sur les principaux défis pour atteindre les Agenda2030 ;
• avoir une vue d’ensemble sur la façon de commencer l’intégration du genre dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030.

Bref résumé
Cette session est conçue pour comprendre l’importance de l’intégration du genre dans les 17 ODD. Ce que l’Agenda2030 est, et quelle est sa relation avec ce qu’est l’ODD. Elle explique les différentes dimensions de l’ODD, les principaux enjeux et défis pour atteindre l’Agenda 2030. Par l’utilisation d’un cas, cette session vous guide sur la façon d’intégrer le genre dans l’Agenda 2030. Dans la dernière partie, des exercices interactifs et outils sont proposés pour l’animateur.

Affectation de temps
• Court exercice interactif: 30-45 minutes
• Présentation power point: Genre et ODD: 45 minutes
• discussion de groupe Mettre l’accent sur la façon de commencer à mettre en œuvre les ODD: 2,30 mn
• Récapitulons l’apprentissage principal et les conclusions de la plénière: 15 minutes
• Projection vidéo: deux possibilités, l’une de 3 minutes et l’autre de 15 minutes.
Temps total: 4,30 – 5h30

Concepts et informations pour les animateurs

Les objectifs de développement durable
Les ODD sont un programme complet -connu également comme l’Agenda 2030 – pour parvenir à un développement durable du monde d’ici 2030, ce qui a été convenu par les chefs d’Etat et de gouvernements en Septembre 2015. Ce programme comprend 17 objectifs de développement durable, ou ODD, qui fixent les objectifs quantitatifs à travers les dimensions sociales, économiques et environnementales du développement durable. Cet agenda ambitieux renforce considérablement les efforts de développement pour les 15 prochaines années. Pour en savoir plus sur les 17 ODD, consultez le lien suivant: http://www.un.org/sustainabledevelopment/sustainable-development-goals/.

L’ODD dépeint une vision d’inspiration de ce que le monde pourrait ressembler en 2030. Les 17 buts comprennent 169 cibles, qui sont de nature globale et universellement applicables compte tenu des différentes réalités nationales, des capacités et des niveaux de développement et dans le respect des politiques et priorités nationales. Les cibles liées au genre et indicateurs font partie intégrante de la réalisation de tous les objectifs, y compris l’ODD 5 qui traite spécifiquement de l’inégalité entre les sexes. Cela souligne l’importance de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes dans tous les domaines, de l’éducation, le leadership, la santé et la nutrition à l’emploi, la résilience et la production et la consommation durables. L’Agenda2030 appelle les acteurs à s’éloigner des approches business-as-usual (BAU) vers l’utilisation durable des ressources et des sociétés pacifiques et inclusives (SDSN 2015). Conformément à cet appel, l’ODD comprend trois dimensions interdépendantes.

Les trois dimensions interdépendantes et les thèmes clés de l’ODD
Les 3 dimensions interdépendantes de l’ODD sont le développement économique, l’inclusion sociale et la durabilité environnementale. Ces dimensions devraient agir comme principes d’organisation pour la mise en œuvre des ODD. En outre, les 17 ODD et ses 169 objectifs sont fixés pour stimuler l’action dans les domaines de thèmes cruciaux pour l’humanité: les gens, la planète, la prospérité, la paix et la justice, le partenariat et la dignité (Graf 1.).

Graf 1: Les thèmes clés de l’ODD

Source: ONU 2015

L’adoption des ODD est également venue à un moment où on nous rappelle que les défis auxquels nous sommes confrontés- les migrations, les conflits, les catastrophes liées au climat, les déchets en plastique des océans – ne peuvent pas être résolus individuellement par les différents pays. Des solutions à ces questions et d’autres questions urgentes ne peuvent être trouvées que dans une entreprise véritablement mondiale et dans la collaboration entre tous les pays (sans exception), et les acteurs engagés (ODI 2015). À moins d’une véritable collaboration et des changements significatifs dans la manière dont les tendances économiques actuelles se déroulent, aucun des ODD ne sera atteint. Pour comprendre ce besoin (la collaboration et le changement) l’Overseas Development Institute (2015) a mis au point pour révéler comment beaucoup de progrès urgents devront livrer le but contre les tendances actuelles de l’ODD-tableau de bord (Graf. 2). Pour effectuer cette analyse, ODI (Overseas Development Institute) a sélectionné une cible par ODD – un total de 17 – et les projections jusqu’en 2030, les classant de A-F en fonction du niveau de l’atteinte de l’ODD au terme de 2030.

Le tableau de bord résultant montre les différentes cibles se déplaçant rapidement ou lentement à la distance visée par rapport aux tendances actuelles. Les cibles se divisent en trois groupes, en fonction de quelles mesures seront nécessaires pour les atteindre:
• Ceux qui nécessitent une réforme. Les tendances actuelles prennent plus de la moitié de ces objectifs aptes à la réalisation en 2030. Ce groupe comprend la fin de l’extrême pauvreté, le renforcement de la croissance économique dans les pays les moins avancés (PMA), et la lutte contre la déforestation.
• Ceux qui nécessitent une révolution. Ce sont des objectifs dans lesquels des progrès doivent être accélérés par des multiples des taux actuels pour atteindre les objectifs. Neuf cibles relèvent de ce groupe: mettre fin à la faim, réduire la mortalité maternelle, l’achèvement des études secondaires, mettre fin au mariage des enfants, l’accès à l’assainissement, l’accès à l’énergie (électricité), l’industrialisation dans les pays les moins avancés (PMA), ce qui réduit les morts violentes et la mobilisation des ressources nationales.
• Un dernier groupe de cibles se dirige dans la mauvaise direction et nécessite un renversement des tendances actuelles. Il comprend : les inégalités, les populations des bidonvilles, les changements climatiques, la gestion des déchets et la conservation marine (récif).

Pour parvenir à la réforme, la révolution et aux mesures d’inversion, nous devons développer à la fois à court et à long terme l’agenda, qui doit tenir compte de l’intégration du genre au sérieux, étant donné que les personnes les plus touchées et affectées par ces mesures sont les femmes, les enfants et les pauvres. Il appelle certainement l’appropriation des approches intégrées de droits en vigueur et sensibles au genre. En utilisant une approche intégrée et fondée sur les droits de mise en œuvre de l’ODD, la création de synergies positives (en raison de l’interdépendance des ODD) pourrait également être évaluée et promue. Les progrès sur certains objectifs peuvent contribuer à la réalisation des autres objectifs. Par exemple, l’objectif de santé (ODD-3), qui vise à réduire la mortalité maternelle et mettre fin aux décès évitables des enfants de moins de 5 ans, devrait être reconnu explicitement que l’eau, l’assainissement et l’hygiène sont des éléments clés pour la réalisation de ces deux objectifs, bien que l’ODD-3 ne l’explicite pas. En faisant ce genre d’évaluation, on peut se rendre compte que les 17 ODD sont essentiellement interconnectés au genre.

Graf. 2: Scorecard ODD 2030 (résultats prévus pour certaines cibles) Source: ODI 2015

Déplacement vers le dernier mile Les gains lents signifient en deçà Les changements de direction sont nécessaires

Pour évaluer l’interdépendance des différents ODD avec le genre, la CSW6o (2016) a suggéré 10 vecteurs d’action – connus sous le nom 10 I’s- qui aide également pour une mise en œuvre accélérée de l’ODD-5. Il est un appel de clairon à l’étape it Up pour l’égalité entre hommes et femmes pour une planète 50:50. Il est un appel à l’action à ceux qui se sont engagés à faire de l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes une réalité. Le « 10 I’s » est fondamental pour la voie à suivre vers l’Agenda 2030. Pour plus d’informations, voir ce qui suit lien: (Je dois chercher dans mes références ?????)

Comment commencer avec l’intégration du genre dans la mise en œuvre des ODD?
L’intégration du genre pour la réalisation des 17 ODD appelle non seulement pour un véritable engagement à intégrer le genre dans un agenda à la fois à court terme et à long terme, mais aussi pour un partenariat mondial renouvelé à tous les niveaux, avec tous les acteurs qui travaillent dans la solidarité pour atteindre les objectifs. La responsabilité et la transparence seront de plus en plus importantes à tous les niveaux de la société, avec des mécanismes réglementaires révisés nécessaires pour garantir les droits humains, civils et environnementaux. A cette fin, il est nécessaire de définir des axes de base et des indicateurs sensibles au genre, conformément aux priorités nationales et celles proposées par les inter-institutions et le Groupe d’experts sur les ODD (IAG-ODD). Surtout, il est essentiel de définir les ressources, les délais et la répartition des responsabilités.

Les engagements d’intégration du genre dans les ODD peuvent être combinés avec les suggestions du développement durable du réseau Solution (2015), qui conseille pour la mise en œuvre des ODD de faire la planification à long terme par rétro-prospective. Cela consiste à « générer un avenir souhaitable, puis à regarder en arrière de ce futur vers le présent afin d’élaborer des stratégies et de planifier la façon dont il pourrait être atteint » (SDSN 2015). La rétro-prospective est un cadre de résolution de problèmes qui envisage la façon dont le développement devrait progresser, avec des actions intermédiaires [dans le temps présent] sur la base des objectifs quantitatifs à long terme. Contrairement à la prévision, qui estime les probabilités des différents résultats en fonction des tendances attendues, la rétro-prospective commence par une projection des résultats souhaités, et travaille en arrière pour comprendre ce qui est nécessaire à leur réalisation. Dans notre cas, le « futur désirable » (cible à long terme) est déjà dans les différents objectifs liés à chaque ODD.

Étapes de la planification à long terme pour l’intégration du genre dans les ODD par rétro-prospective
Avant de commencer une extrapolation rétro-prospective, vous procédez en choisissant l’un des ODD pour lequel votre organisation est engagée. Pour l’exercice de cette session, nous choisissons l’ODD-6 et l’objectif 6.3, qui stipulent (futur souhaitable): « D’ici 2030, améliorer la qualité de l’eau en réduisant la pollution, éliminant les décharges, réduisant au minimum la libération des produits chimiques et des matières dangereuses, réduisant de moitié la proportion des eaux usées non traitées et le recyclage de plus en plus importante et la réutilisation en toute sécurité à l’échelle mondiale ». Dans ce qui suit, il est expliqué pas à pas la façon dont vous pouvez faire un rétro-prospective. A cet effet, le cas d’un projet à Cusco-Pérou est utilisé (voir encadré 1). Ce projet tente d’améliorer la qualité de l’eau d’une rivière par l’intégration du genre et la Gestion Intégrée des Ressources Hydriques (GIRE) dans le projet.
Étape 1: Utiliser les outils d’analyse de genre pour analyser les politiques nationales actuelles en ce qui concerne le genre, la GIRE et le traitement des sources d’eau polluées.
Pour cet exercice, vous pouvez utiliser l’outil d’analyse des politiques mis au point par # Women2030, que vous pouvez trouver dans le lien suivant: ????? Vous pouvez utiliser les questions comme référence suivantes:
• Comment les problèmes de pollution de l’eau se reflètent-ils dans les politiques nationales, sectorielles et locales ? La GIRE et le genre sont-ils inclus dans ces politiques?
• Comment ces politiques sont-elles traduites en stratégies et pratiques?
• Y a t-il un plan national judicieux de genre et de GIRE?
• Quelles sont les principaux défis ?, et qu’est ce qui est nécessaire?
• Existe t-il un outil d’information et un système de surveillance?
• Le gouvernement national a-t-il mobilisé des ressources publiques et privées pour élaborer le plan?
Étape 2. L’analyse de genre et l’évaluation de l’impact au niveau local
Cette étape devrait être une condition préalable pour le développement durable de toute GIRE, étant donné que le genre est l’un des principes de cette approche. Effectuer une analyse de genre permettra également de déterminer le montant réel des fonds nécessaires (publics, privés, aide publique au développement, etc.) pour mettre en œuvre l’ODD donné. Cette activité devrait également se concentrer sur l’évaluation de la nécessité d’autres groupes marginalisés (les pauvres, les populations autochtones, les migrants, etc.). Pour cet exercice, vous pouvez utiliser un cadre d’analyse de genre développée par # Women2030, en particulier la matrice des relations sociales peut être utile pour cette analyse: https://drive.google.com/open?id=0ByejYlliYlrUcWVLaF83cHlfakE .
Des questions-guides utilisant le cas du traitement de l’eau Huatanay rivière, pourraient être:
• Qui sont ceux qui polluent la rivière?
• Qui / comment sont les personnes (réparties par sexe, classe sociale, migrants, etc.) touchées par la pollution de la rivière?
• Comment les gouvernements locaux (municipalités et communautés), ont abordé le problème de la pollution?
• Quel est le rôle des femmes et des hommes dans la gestion de la rivière? Qui fait quoi? Et comment sont-ils récompensés?
• Comment les différents acteurs participent-ils à la prise de décision pour la gestion des niveaux de l’eau de la rivière Huatanay? Est-il un mécanisme pour favoriser la participation des groupes marginalisés?
Étape 3. Construire un énoncé de vision à long terme concertée
Les problèmes d’eau sont reliés entre eux et liés à divers multiples usages et utilisateurs, il est nécessaire de construire un énoncé de vision commune à long terme d’une manière concertée, qui peut guider les différentes actions à court terme, des différentes parties prenantes, de manière intégrée. Le cas représenté dans l’encadré 1, peut apporter quelques idées. Pour plus d’informations sur ce cas, vous pouvez voir les liens suivants: http://www.ima.org.pe/publicaciones/experiencias/PUB_huatanay.pdf

Étape 4. Elaborer une stratégie de sensibilité au sexe de 15 ans, en développant des actions à court terme
Suite à l’affaire de la rivière Huatanay, la plate-forme multi parties prenantes a été créée à la suite des stratégies à court terme, pour réaliser la vision à long terme prévue:
• Développement des connaissances sensibles au genre et des compétences des populations locales à gérer les déchets, le traitement et la réutilisation de l’eau, le reboisement, l’agriculture biologique, le sol et la protection des berges de la rivière, à construire des infrastructures de base ;
• Inclusion du genre, une approche transversale. Pour vous assurer que cela devrait se produire dans la pratique, un quota de genre a été convenu dans toutes les activités ;
• Inclusion des changements climatiques sensibles au genre, stratégies d’adaptation et de résilience au programme ;
• Inclusion de l’éducation environnementale et climatique dans les programmes scolaires des écoles primaires et secondaires ;
• Surveillance de la qualité de l’eau de la rivière ;
• Mise en place d’alliances avec les organisations de différentes femmes utilisatrices d’eau pour améliorer les mécanismes de gouvernance intégrée de l’eau ;
• Planification annuelle participative, ce qui pourrait aussi rétro alimenter la planification à long terme ;
• Répartition des tâches et des responsabilités pour mettre en œuvre le programme, selon l’expertise de chaque organisation de la plate-forme ;
• Développement d’un mécanisme financier spécifique, compromettant le secteur privé ;
• Adéquation des mécanismes de rapport et de responsabilisation.

Ces stratégies ont été cruciales pour le développement de la GIRE Huatanay River (sensible au genre). Les cinq premières années, le programme est confronté à une forte inertie et des problèmes financiers, qui ont marqué le début du développement crucial. Une fois que la GIRE de la rivière Huatanat a acquis un statut juridique, des changements ont évolué vers des objectifs souhaités étape par étape. De nos jours, et après 15 ans du démarrage du programme, la plate-forme multi acteurs de la GIRE de Huatanay rivière a acquis une légitimité et de l’autorité. Le programme a encore du mal à atteindre l’objectif à long terme prévu, depuis les 15 dernières années, la population de Cusco a racketté et l’activité touristique a augmenté rapidement. La GIRE de Huatanay rivière devient non seulement d’intérêt local, mais aussi d’intérêt national.

Encadré 1 : un cas GIRE de Cusco – Pérou
• Huatanay River est l’une des principales rivières qui traverse la ville de Cusco (l’ancienne ville principale de l’empire du Inka) et bien d’autres petits villages urbains et ruraux (communautés). De nos jours, la rivière fournit de l’eau aux différents utilisateurs: les agriculteurs, les industries et le tourisme. Dans les années précédentes, la rivière a également fourni de l’eau pour la consommation, mais à cause du niveau élevé de contamination (en tant que produit d’évacuation des eaux usées de la ville, les déchets et l’industrie), l’eau de cette rivière n’est plus utilisée. Pendant la saison des pluies, la rivière est utilisée à cause des inondations, affectant les (pauvres) personnes vivant le long de la rive du fleuve. Bien que les pauvres (en particulier les femmes et les enfants) et les agriculteurs aient été les plus touchés par la pollution de la rivière Huatanay, à la fin la ville entière a également été touchée par les odeurs fétides et la consommation de légumes contaminés irrigués avec cette eau.
• En 1995, le gouvernement local a pris l’initiative d’élaborer un programme pour gérer et assainir la rivière Huatanay. A cet effet, les différents acteurs du secteur de l’eau (SMO, ONG, agriculteurs, tourisme, municipalités locales et les soins de santé) ont été invités, qui, après 3 ans de long processus de négociations, réunis dans une plate-forme. Cette fois, aucune de représentantes des organisations féminines n’a été invitée.
• La vision commune à long terme de la plate-forme était: « l’eau de la rivière Huatanay est propre, et elle est gérée de manière durable ». Après près de 5 ans de négociations et des échecs pour obtenir des résultats concrets, la plate-forme a adopté l’approche GIRE et participative. L’une des premières réalisations de la plate-forme est la reconnaissance juridique et en tant que tels, ils étaient capables d’influencer les politiques et déplacer des fonds pour lancer des processus de consultation et de planification.
• La GIRE de Huatanay comprend: a) le traitement des eaux usées et de réutilisation pour l’agriculture, b) la gestion des déchets ménagers, c) le reboisement, d) la protection de la berge de la rivière pour prévenir les inondations, et e) les activités d’éducation environnementale à tous les niveaux. Le genre était implicite à la GIRE. Chaque organisation de la plate-forme a pris la responsabilité de développer un ou deux de ces objectifs. Jusqu’à la phase de mise en œuvre du programme, les femmes étaient invisibles. Elles ont été négligées au cours du processus de conception et de planification, bien que les femmes (en tant qu’individus et en tant que groupes) soient des acteurs actifs de l’eau comme les agriculteurs, les utilisateurs domestiques, les gestionnaires de WASH et les éboueurs. La plate-forme n’a pas d’« yeux » pour voir les femmes comme des actrices et n’a pas pu identifier leurs besoins particuliers de genre. En donnant le rôle actif des femmes dans les différentes activités de l’eau et de gestion des déchets, la plate-forme a pris l’initiative de faire l’évaluation des sexes. Alors les femmes deviennent engagées en tant que leaders dans le programme. Elles ont été les principales alliées à transformer en réalité de nombreux accords, à promouvoir la transparence et la responsabilité, étant donné que certains dirigeants de sexe masculin ont tenté de tirer profit du programme pour obtenir le favoritisme politique.

étape 5. La formulation des indicateurs pour le suivi des actions à court terme.
Le succès de l’apprentissage de notre expérience aussi bien que l’évaluation de nos progrès se bloquent, en partie, sur une surveillance attentive. La qualité des données ventilées par sexe accessibles en temps opportun et fiables seront nécessaires pour aider à la mesure du progrès et veiller à ce que personne ne soit laissé derrière. De telles données sont essentielles à la prise de décision. Une attention particulière doit être accordée pour définir des indicateurs de transformation liés aux différentes cibles des ODD respectifs que votre organisation travaille avec. Les indicateurs suivants en sont quelques exemples:

• Proportion de personnes pauvres ou de femmes ayant accès à des sources d’eau améliorées ;
• Plusieurs plates-formes des parties prenantes pour l’eau qui intègrent le genre et la GIRE ;
• Sources d’eau protégées par des organisations d’utilisateurs d’eau locales en concertation avec les collectivités locales (municipalités) et les autorités locales de l’eau .

De plus, vous avez besoin de recueillir des données fiables, qui dépendront de trois (3) processus clés:
• Elaboration d’un ensemble consistant d’indicateurs de suivi locaux / nationaux ;
• Renforcement des capacités statistiques ;
• Capitalisation sur la révolution des données, exploitation des nouvelles technologies et nouvelles sources de données.
Enfin, un Forum politique sur le développement durable devrait être encouragé pour faire face aux contraintes structurelles qui font obstacle aux droits des femmes et des filles et de promouvoir des synergies positives pour réaliser les droits de l’homme, l’égalité et la durabilité pour tous.

étape 6. Inclure la budgétisation sensible au genre.

Une large explication de la budgétisation sensible au genre est fournie dans le module 4 de ce manuel.

Exercices et outils

Exercice d’introduction : la Toile d’araignée
Affectation du temps: 30-45 minutes

Besoins / exigences pour cet exercice
• Un papier flip chart ou des planchettes ;
• Des marqueurs de différentes couleurs et des cartes.
Description de l’exercice
L’animateur devrait préparer à l’avance deux cartes encerclées avec le message suivant: « l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes / filles», et « ODD (6 ou 7 ou 15, celui sur lequel votre organisation travaille uniquement) ». Chaque carte sera fixé sur une partie centrale du papier flip chart ou de la planchette.

Les participants sont repartis en deux groupes, chacun d’eux travaille avec l’un des messages. Quand il y a un grand groupe de participants (plus de 20), ils peuvent être divisés en quatre groupes, ils peuvent travailler sur un autre ODD, mais toujours en même temps que le message sur l’égalité des sexes. Demandez aux participants d’écrire vers le bas sur une ou deux cartes, une activité (un thème ou une stratégie) sur laquelle son organisation travaille en relation avec le message fixé sur le tableau. Après, chaque participant collera sa carte sur le tableau près de la carte centrale, traçant une ligne pour relier les deux. Lorsque tous les participants ont fini de coller leurs cartes et tracer les lignes, demandez-leur ensuite de dessiner d’autres lignes qui peuvent se rapporter à d’autres cartes qu’ils ont écrites. A la fin , la figure obtenue ressemble à une toile d’araignée.

Enfin, demandez aux participants quel genre de message ou une idée qu’ils peuvent tirer de la toile d’araignée. L’animateur et son assistant/e écriront ces messages sur une carte, qui sera utilisée plus tard, par exemple lors de la présentation des pages de l’intégration du genre dans les ODD, pour souligner que le genre est constitutif (inter-relié) à tous les ODD.
L’intégration du genre dans les ODD
Affectation du temps de l’exercice :
• Présentation Power Point (première partie): 15 minutes
• Questions: 10 minutes
• Récap des messages de l’ancien exercice: 10-15 minutes
Besoins / exigences pour cet exercice
• Ordinateur ;
• projecteur Power Point ;
• Stylos et papiers flip chart pour écrire les questions ;
• Dessins et messages écrits en bas de l’ancien exercice.
Après l’exercice (toile d’araignée), l’animateur procéde à une brève présentation Power Point des ODD (prévus dans la section de l’information) et de la pertinence pour l’intégration du genre dans les 17 ODD. Au cours de cette présentation, l’animateur peut utiliser les idées et les messages qui sont entrés dans l’exercice d’introduction (toile d’araignée) pour le suivi d’un débat interactif. Pour ce faire, l’animateur peut utiliser les questions suivantes:
Conduire une planification sensible au genre et la mise en œuvre des objectifs de développement durable
Exercice et affectation du temps: discussion de groupes sur un cas :
• discussion des groupes : 90 minutes
• Plénière: 30-40 minutes
• Résumé et réflexions: 10 minutes
L’objectif de cette partie de la formation est que les participants soient en mesure d’esquisser un premier plan d’intégration du genre dans les ODD. À cette fin, chaque groupe choisira un cas concret de sa propre région, et de prendre comme référence les étapes de planification suggérées dans cette session, en utilisant le cas de la « rivière Huatanay » (encadré 1). Avant de répartir les participants en groupes, l’animateur doit expliquer (soit à l’aide de papiers flip chart ou d’une présentation power point) aux participants ces étapes.
Présentation de la vidéo sur les ODD
Vous pouvez fermer cette session en projetant une courte vidéo sur les ODD et le genre correspondant à votre région, vous pouvez choisir la version électronique. Une alternative peut être de projeter la vidéo après l’exercice de la toile d’araignée.

Les références:
• Aguilar, L., Granat, M., & Owren, C. (2015). Racines pour l’avenir: Le paysage et voie à suivre sur le genre et le changement climatique. Washington, DC: L’UICN et GGCA.
• L’UICN, le PNUD, et GGCA. (2009). Manuel de formation sur le genre et le changement climatique (L. Aguilar, auteur). Récupérée de
https://cmsdata.iucn.org/downloads/eng_version_web_final_1.pdf

• ODI 2015. Projection du progrès. Atteindre les objectifs de développement durable par rapport 2030. navire amiral de l’Institut de développement d’outre-mer:
https://www.odi.org/sites/odi.org.uk/files/odi-assets/publications-opinion-files/9938.pdf

• ONU. Des outils pour la conception de stratégies SDG et des feuilles de route.https://sdg.guide/chapter-3-tools-for-designing-sdg-strategies-and-roadmaps-a8172680d5ef#.yx6jj32jw

• SDSN 2015. Mise en route avec les objectifs de développement durable. Un guide pour les parties prenantes
http://unsdsn.org/wp-content/uploads/2015/12/151211-getting-started-guide-FINAL-PDF-.pdf

• UNWOMEN 2016. Conduire la mise en œuvre sensible au genre de l’Agenda 2030 pour le développement durable. http://www.womenforwater.org/uploads/7/7/5/1/77516286/un_women_csw_gender-responsive_implementation_of_sdgs_2030_agenda.pdf